doc 3 octobre 2017
lymphome T cutané

Le lymphome T cutané est un type peu courant de lymphome non hodgkinien.

C’est un cancer des lymphocytes T matures qui affecte surtout la peau, et dont les formes les plus courantes sont le mycosis fongoïde et le syndrome de Sézary.

 

Lymphome T cutané : définition

Il s’agit d’un type peu courant de lymphome non hodgkinien. C’est un cancer des lymphocytes T matures.

Ce terme regroupe un ensemble de lymphomes différents, qui affectent la peau. Les types les plus courants sont le mycosis fongoïde et le syndrome de Sézary.

Il apparaît habituellement chez les adultes à partir de la 5ème décennie, majoritairement chez l’homme.

 

Lymphome T cutané : symptômes

Le mycosis fongoïde est la forme la plus courante.

Il se retrouve au niveau de zones de peau non exposées au soleil. Il peut se présenter comme une éruption cutanée ou aussi des taches en écailles rouges ou roses.

Le syndrome de Sézary est une forme avancée de mycosis fongoïde, touchant la peau, le sang et parfois les ganglions lymphatiques. La peau est alors souvent rouge, démange et desquame.

 

Lymphome T cutané : diagnostic

Le diagnostic repose sur l’examen clinique approfondi du médecin complété par l’analyse d’un échantillon de la tumeur obtenu par une biopsie.

Cet examen sera alors la base de la stratégie de traitement.

 

Lymphome T cutané : évolution

Il évolue lentement.

Le pronostic se base d’abord sur l’étendue de la maladie et de leur réaction au traitement. Si la maladie est précoce (confinée à la peau), le pronostic est très favorable.

Le pronostic est cependant moins favorable si la maladie atteint les ganglions lymphatiques ou d’autres organes.

 

Lymphome T cutané : traitement

Le traitement dépend de la taille de la surface de la peau qui est affectée.

Au stade précoce, on peut traiter directement la peau, comme par chimiothérapie topique ou photothérapie. Ces traitements peuvent alors être administrés seuls ou associés les uns aux autres.

Une maladie plus étendue est traitée par irradiation ou par chimiothérapie, thérapie biologique ou encore traitement systémique à base de rétinoïdes.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*