doc 3 octobre 2017
Erysipèle

L’érysipèle est une infection aiguë de la peau due à une bactérie, le streptocoque.

L’érysipèle se présente comme une zone inflammatoire de la peau, le plus souvent au niveau d’un membre inférieur, et associée à une fièvre.

 

Erysipèle : définition

L’érysipèle est une dermo-hypodermite (inflammation du derme et de l’hypoderme) aiguë non nécrosante.

Classiquement, l’érysipèle fait suite à la présence d’une « porte d’entrée » (intertrigo, ulcère…)

La bactérie en cause est un streptocoque A bêta-hémolytique.

 

Erysipèle : symptômes

Habituellement, l’érysipèle donne un tableau de « grosse jambe rouge aiguë ». Le début est brutal avec une fièvre élevée jusqu’à 40 °C avec parfois des frissons.

Un placard inflammatoire cutané (rouge, chaud et douloureux) apparaît ensuite.

Une adénopathie satellite est fréquente, et une lymphangite est inconstante. Lorsque l’érysipèle survient au niveau du visage, il existe un bourrelet périphérique, rarement retrouvé quand il est localisé aux membres inférieurs.

La porte d’entrée doit être également recherchée. Il peut s’agir d’un intertrigo inter-orteil, d’un ulcère, d’une excoriation liée à une dermatose (psoriasis, eczéma), d’un traumatisme…

 

Erysipèle : diagnostic

Le diagnostic de l’érysipèle est clinique.

Aucun examen complémentaire n’est habituellement nécessaire. La biopsie des lésions est inutile.

 

Erysipèle : traitement

La pénicilline est l’antibiotique de référence pour le traitement de l’érysipèle. En l’absence de signes de gravité, le traitement peut être ambulatoire d’emblée par voie orale pour une durée de 15 jours.

Le traitement de la porte d’entrée est également nécessaire.

La prévention de l’érysipèle est le traitement des facteurs favorisants. Une antibiothérapie préventive peut être proposée en cas de récidive multiple avec des facteurs favorisants non contrôlables.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*